Victor Hugo
Les poèmes
Victor HUGO (1802-1885)
(Recueil : Les chansons des rues et des bois)

Quand les guignes furent mangées,

Quand les guignes furent mangées,
Elle s'écria tout à coup :
J'aimerais bien mieux des dragées.
Est-il ennuyeux, ton Saint-Cloud !

On a grand-soif ; au lieu de boire,
On mange des cerises ; voi,
C'est joli, j'ai la bouche noire
Et j'ai les doigts bleus ; laisse-moi. -

Elle disait cent autres choses,
Et sa douce main me battait.
Ô mois de juin ! rayons et roses !
L'azur chante et l'ombre se tait.

J'essuyai, sans trop lui déplaire,
Tout en la laissant m'accuser,
Avec des fleurs sa main colère,
Et sa bouche avec un baiser.


victor-hugo.info page d'acceuil


Liens utiles : google - j k rowling - dégroupage total - comparatif adsl - nom de domaine gratuit - paris et jeux - google - cotes